Hello chers followers et amis,

Les quelques menus travaux, enfin, effectués, nous ont permis de dégager une journée touristique. Une fois n’est pas coutume dans ce périple. Si nous avions, il y a 6 ans, roulé de long en large sur cette superbe île, il restait encore des choses à voir et notamment une belle randonnée de plus de trois heures autour d’un cratère au milieu d’un énorme champ de lave.

Un peu d’histoire : Lanzarote se compose de 140 volcans. Au cours des années 1730-36 l’ouest de l’île fût le théâtre d’explosions, de tremblements de terre et de coulées de lave, à partir notamment du centre de l’activité volcanique de Timanfaya, où plus de 25 cratères s’ouvrirent, pour couvrir de laves et de cendres 20 000 hectares de terrain. Le cratère de la Caldera Blanca culmine à 458 mètres et fait 1 kilomètre de diamètre. Nous avons donc attaqué d’un pied ferme cette randonnée d’un peu plus de trois heures en attaquant par la traversée d’un immense champ de lave.

la_caldera_blanca.jpg la_caldera_blanca_2.jpg

Je reste époustouflé par la puissance qui a dû se dégager des entrailles de la terre pour vomir autant de lave, de roches en fusion. C’est phénoménal. Les photos ne traduisent qu’un aspect trop partiel par rapport à l’œil mais cela donne néanmoins une idée de l’environnement dans lequel nous marchons. Donc je vous laisse le loisir de regarder ces quelques photos sans autres commentaires, afin que vous vous faisiez vous-même votre propre lecture.

DSC_7725.JPG DSC_7730.JPG DSC_7735.JPG DSC_7744.JPG DSC_7754.JPG

Une fois au sommet nous avons pu apprécier la beauté naturelle du lieu ! La vue valait bien la grimpette.

DSC_7781.JPG DSC_7787.JPG

Et nous sommes restés là, à contempler cette nature minérale en essayant de déguster notre sandwich sous l’œil, pas franchement hostile mais limite patibulaire... pas très franc du collier ces corbeaux. Surtout que nous nous sommes déplacés pensant que nous empiétions sur leur territoire, et ben, ils nous ont suivis en croassant. Hitchcock et son syndrome des oiseaux nous est revenu en mémoire, et la dernière bouchée avalée, nous avons attaqué la descente par l'autre versant. Courageux mais pas téméraire.

DSC_7791.JPG DSC_7795.JPG

Pour couronner cette randonnée circulaire, vous avez vu le jeu de mot, extraordinaire, non? Nous avons pris un chemin de traverse en longeant la crête par un chemin en dévers côté cratère et non pas comme sur le parcours prévu. C'est bizarre, mais mes déséquilibres se sont réveillés et les quelques 200 ou 300 mètres ont été particulièrement ardus. Donc plus occupé à ne pas tomber, la roche étant, de plus, très friable, je n'ai pas pensé, un seul instant à prendre des photos de cette partie, j'espère que vous m'excusez.

Sur le chemin du retour nous avons pris la route des vins, non sans s'arrêter dans une bodega, celle d'El Grifo, pour déguster et acheter quelques bonnes bouteilles de blanc sec. 3 blancs et un rouge. Nous restons raisonnables, bien que nous sachions que l'alcool tue mais que le vin nourrit. Enfin, paraît-il !

IMG_0971.JPG IMG_0972.JPG

vignes_de_Lanzarote.JPG vignes.JPG maison_sympa.JPG

La veille nous étions allés faire les courses et nous avions prolongé notre itinéraire par une petite visite d'une marina plus au sud, Puerto Rubicon. Nous ne l'avons pas franchi, ni crié "alea jecta est", bof ! Je sais c'est faible. Mais ça me fait plaisir, voilà ! Et il n'y a pas de raison de ne pas se faire plaisir. Et je rajouterai où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir. Bon de là à confondre un coussin avec un cactus, il ne faut pas exagérer, non plus. N'est Jacques Dutronc, qui veut.

IMG_0951.JPG

DSC_7635.JPG DSC_7628.JPG

Vers le chemin de retour nous nous sommes arrêtés sur les salines de Lanzarote.

DSC_7639.JPG DSC_7644.JPG DSC_7647.JPG

Et juste avant d'arriver à Puerto Calero, nous n'avons pu nous empêcher de nous arrêter, pour laisser passer une famille de chameau. Avions-nous la berlue ? Après la dégustation du vin ? Que nous puissions voir, éventuellement des éléphants roses, cela pourrait se comprendre, mais des chameaux, sur la route, sur un rond point

C'était une sculpture. Bêtes que nous étions !

DSC_7616.JPG

Voilà, notre court séjour sur Lanzarote.

Demain vendredi, jour du poisson, aucun rapport me direz-vous, encore que, nous reprenons la mer, direction Gran Canaria et le port de Las Palmas, où nous attendrons, mon fiston Gwenaël, qui nous rejoindra le 7 décembre pour effectuer la transat avec nous. Après nous avoir confectionné des voiles toutes neuves, il pousse le SAV à venir les tester lui même. C'est y pas professionnel ça ! Si vous voulez des voiles, contactez-le. C'est un vrai pro, compétent et sérieux. Un peu de pub ne fait pas de mal, et on n'est jamais servi aussi bien que par soi-même, n'est-ce pas ?

Ne vous inquiétez pas, mon registre de proverbes à la c.., j'en ai plein ma besace. Le flot est loin d'être tari.

Enfin pour nous ce sera 6 heures de sommeil par nuit d'une seule traite. Bon pilote auto, bonnes voiles et sommeil de meilleure qualité : the top of the top !

La suite au prochain numéro